Pourquoi une Copy Party ?

Le débat sur le droit d’auteur n’est certes pas nouveau (Il s’est déjà posé avec l’avènement de la radio, de la VHS, de la TV, du CD, d’Internet) mais au vu des lois anti-partage et anti-copie de plus en plus restrictives, il a pris une nouvelle ampleur juridique et surtout politique. Ne faudrait-il pas trouver un meilleur équilibre entre la légitime protection du droit d’auteur et le nécessaire partage du savoir ? Ne faudrait-il pas adapter le droit d’auteur afin de donner un cadre légal aux nouveaux usages plutôt que les stigmatiser dans la plus grande impopularité ? Comment combiner le droit à la rémunération des créateurs avec l’évolution numérique ?

Sans vouloir commettre une infraction ni à cautionner la copie à des fins commerciales, notre intention est de faire avancer le débat sur le droit d’auteur, la copie privée, le partage des œuvres, le libre accès, ainsi que le rôle actuel et futur des médiathèques. Mais également de nourrir la réflexion de façon ludique et ponctuelle.. La copie doit-elle être considérée comme du vol ou au contraire une incitation à innover ?

Se pose-t-on la question dans le monde physique de savoir si on peut librement et gratuitement donner un livre qui nous appartient à la personne de notre choix ? Dans l’environnement numérique, ce même ouvrage ne pourrait être envoyé à un ami par mail car cet acte implique une copie, contraire au droit d’auteur. Ce qui était du partage est devenu du piratage.

Pour tenter de dépasser le climat de culpabilisation et de défiance qui a pu s’instaurer par certaines mesures anti-piratage, il nous semble essentiel de :

  • permettre de présenter les points de vue des internautes, des auteurs, des producteurs et des pouvoirs publics et de les confronter;
  • générer et partager des idées sur les enjeux de la circulation et de l’accès libre et égal à la culture et à la connaissance ;
  • échanger sur les nouveaux modèles économiques, alternatifs et durables pour financer la création et la diversité culturelle ;
  • clarifier la législation du droit d’auteur (ses enjeux et ses objectifs)
  • s’interroger sur le besoin d’adapter la législation du droit d’auteur au regard de l’évolution technologique et de son impact sur les pratiques ;
  • questionner un droit au partage de tout fichier numérique entre individus sans but lucratif et respectueux du droit des artistes et des producteurs ;
  • imaginer des systèmes de rémunération des artistes et producteurs qui sont liés aux échanges d’œuvres entre particuliers et qui puissent assurer la rentabilité de leurs projets artistiques

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *