okraina_NB

FLAGEY   9 nov   16:30

Nommé en hommage à un film de Boris Barnet, Okraïna (qui aurait pu s’appeler L’amour existe par amour pour le court métrage de Maurice Pialat) est un jeune microlabel bruxellois (ré) éditant en vinyles 25 cm une série d’enregistrements jusque-là peu diffusés (sessions radio, enregistrements de concerts inédits, CD-R à tirages limités, etc.). La carte blanche associe un concert et une série de films faisant sortir la musique au milieu des imprévus de la rue et du monde.
Inspiré par la souris lanceuse de briques de la BD Krazy Kat (1913-1944), le musicien Bram Devens branche la musique des vieux bluesmen du Mississippi sur l’électricité toute urbaine du Velvet Underground ou pour le dire avec d’autres mots (ceux de Sing Sing, chanteur-guitariste de Arlt): «Le blues cannibalisé d’Ignatz est une sorte de précis de sorcellerie gribouillé derrière les murs, un traité de spiritisme à lire avec des lunettes de soudeur. »

LES CONCERTS À EMPORTER (Divers réalisateurs – France, 2006-2013)
Depuis 2006, Vincent Moon et une série de cinéastes amis et complices ont fait descendre les musiciens des piédestaux de leurs scènes pour capter les images et les sons de l’entrechoquement de leur musique avec les imprévus et les aléas de « la vie réelle » (des enfants qui jouent, un train qui passe, etc.). Une sélection parmi plusieurs centaines de films hébergés par www.blogotheque.net, autour d’artistes liés à Okraïna (Éloïse Decazes et Éric Chenaux, Ed Askew) et de sessions particulièrement magiques (Yo La Tengo, Tennis- coats, etc.).

www.okrainarecords.com

www.blogotheque.net/serie/concert-a-emporter

www.ignatz.be